(a:s'ra - Faux pas

Pour un rêve bousculé par l'aube et qui n'a pas émergé
Pour un échec m'ayant appris qu'à l'amour je dois m'abandonner

A toi seule... Marie

Pourquoi faut-il qu'à chaque fois que je rencontre le rêve ?
la lumière disparaît

Est-il destiné que les joies disparaissent ?
quand j'essaie de chanter

Devrais-je balayer de mon seuil le chagrin ?
pour que de mes fissures, l'obscurité puisse se faufiler

Mes échecs emplissant le ciel, dois-je les publier ?
pour qu'ils soient, par mes fortes illusions, balayés

A peine t'ai-je vu,
« Elle est mon soleil ! » , me suis-je dit

Débordant de compliments, me voici
« Elle est ma lune ! », me suis-je convaincu

* * *

Pourquoi faut-il qu'à chaque fois que je rencontre la lumière ?

le rêve disparaît

Est-il destiné que les chants disparaissent ?
quand j'essaie d'être gai

Devrais-je balayer de mon seuil l'obscurité ?
pour que de mes fissures, le chagrin puisse se faufiler

Mes illusions emplissant le ciel, dois-je les publier ?
pour qu'elles soient, par mes énormes échecs, balayées

Un soleil  ! A peine l'ai-je vu
« C'est toi ! », me suis-je dit

La mort, j'en ai fait ma culture
et j'ai appris que tu es ... ma sépulture.

 

"Des idées et des mots remède à nos maux", dec 2006  
A. ELMOUDNI, Traduction : Abbassia NAÏMI - avril 2006

 

 

 

 



<< Poème précédent 

Poème suivant >>